La « Bleue 2017 » :

Photo 8
L’histoire d’un rêve

Sortie des ateliers de Stains en 1958, ma M201 a fait carrière dans la gendarmerie, sans doute avec vaillance et a probablement servi en Algérie comme beaucoup de ses semblables. Achetée aux Domaines,  je ne sais quand, elle a dû végéter longtemps, sans immatriculation, dans le fond d’un hangar  quelque part en Franche-Comté.

Tombé par hasard sur le site de « Jeepest », je l’ai découverte en juillet2016 et, poussé par les encouragements fervents de la famille, j’ai décidé de concrétiser un vieux rêve : avoir une  Hotchkiss

Photo1

Il faut dire que la silhouette et   la sonorité de cet « engin » sans égal m’ont été familières pendant près de quarante et un ans : en Allemagne,, en Algérie pendant la guerre, à l’apprentissage de la conduite auto ainsi que dans bon nombre de commandements

Photo 2

Malgré un état général plutôt satisfaisant quelques travaux ont été nécessaires après des mois de sommeil : freins, électricité. J’ai eu la chance de pouvoir la confier à une équipe aussi compétente que sympathique, celle de la branche mili de la société Indiancars installée à St Péravy-la Colombe, à quelques encablures au nord d’Orléans. D’authentiques spécialistes de la Jeep !

  

Connaissant la passion de François pour l’univers de la jeep et pour de singulières randonnées, j’ai souhaité lui faire part de mon arrivée au « club »

Par suite du désistement d’un équipage de l’Ecurie Lantivy, François me propose une participation en 2017. Ma réponse est  enthousiaste et ma M201 repart de St Péravy-la Colombe pour une préparation adaptée.

Photo 4 Photo 5 Photo 3

C’est maintenant chose faite et il me reste à peaufiner le parage pour le rassemblement des Cimes.

 

Le nom d’une déesse

Epona et le nom que je lui ai donné. Il vient d’un intérêt marqué pour l’Histoire, en particulier celle des origines de notre pays. « Nos ancêtres les gaulois… », vérité affirmée même s’ils ne sont pas les seuls (peuplement préexistant Francs et bien d’autres encore).

Celtes continentaux, les gaulois vénéraient une divinité féminine majeure de la mythologie celtique, Epona, dont le culte est attesté en Gaule par des sources gallo-romaines.

Elle est associée au cheval, animal emblématique de l’aristocratie militaire gauloise, dont les expéditions ont entrainé la diffusion de son culte bien au-delà de la Gaule.

Représentée par une jument et une corne d’abondance, elle est la grande déesse cavalière devenue, au fil du temps, la déesse protectrice des moyens de communications et des écuries… toutes les Ecuries

epona 02

Une couleur emblématique

Le bleu c’est avant tout celui de notre emblème national issu de la célèbre cocarde dont les couleurs sont la réunion de celles de la ville de Paris, le bleu et le rouge, encadrant le blanc de la royauté.

Mais l’azur était devenu bien avant un symbole de grandeur spirituelle. C’est en effet la couleur attribuée à la chape de saint Martin au début du règne des Capétiens. Le bleu est ainsi intimement associé aux rois de <France et figure dans les armoiries fleurdelisées.

Le bleu, c’est aussi la couleur de la troisième dimension qui a été le domaine d’activité de Jean Pierre le copilote, ou encore, de sa passion pour le monde sous-marin.

Photo 10

Pour le pilote, c’est la couleur d’un uniforme porté pendant plus de quarante années mais aussi celle d’un milieu qui lui est bien cher : la mer.

Epona portera donc fièrement le bleu, même s’il est outremer. Elle portera tout aussi fièrement les « bleus de cette aventure qui pour être novices n’en seront pas moins déterminés à passer sans être dans le rouge…

Des équipiers forgés ensemble à rude et bonne école

Comme François, Jean-Pierre et moi sommes les représentants (dignes sans aucun doute !) de cette vaillante promotion de Saint Cyr sortie en 1972 pour le succès des armes de la France : promotion « Général de Gaulle » forte de 197 officiers rompus à bien des exercices et prêts moralement comme physiquement, à affronter bien des situations

Photo 11

Nous avons certes suivi des chemins différents mais, sur le fond, l’esprit reste le même et nous partageons beaucoup. Notre engagement en porte témoignage

 

 

Dominique Norois

Propriétaire et pilote de la belle « Epona »